dimanche 15 avril 2012

Le cercle des Héritières

Décembre 1920. Mary Russell atteint sa majorité, entre en possession de son héritage, et décide de goûter enfin les plaisirs de la liberté. Sa première escapade s'impose d'elle-même : Londres et ses rues tentaculaires qu'elle aime sillonner, en pleine nuit, de préférence grimée en homme et affublée de vieilles nippes dépareillées. Une camarade d'Oxford réussit pourtant à l'entraîner aux réunions d'une secte féministe dont les recrues sont toutes élégantes, riches, et bien nées. D'emblée, Mary est intriguée par cette église subversive et sa curiosité s'accroît encore lorsque plusieurs adeptes sont assassinées. Ravalant sa fierté, elle appelle à la rescousse son ami, mentor, partenaire de prises de bec et compagnon d'armes : Sherlock Holmes. On savait le grand détective misogyne. Cette fois, il est servi.


L’histoire se déroule en 1920, en Angleterre, quelque année après le ravage de la première guerre mondiale. Notre protagoniste, Mary Russell va bientôt atteindre sa majorité, 21 ans. En attendant d’obtenir sa fortune léguée par ses parents, elle vit au croché de sa tante.
Après avoir terminé sa thèse pour Oxford, Mary décide de profiter de son temps libre pour  rejoindre son ami, Sherlock Holmes à Londres. Après une dispute avec celui-ci, elle s’enfonce dans les rues sombres de Londres. Par chance, elle croise une ancienne amie d’Oxford, Veronica Beaconsfield.
Cette dernière va l’héberger et lui faire découvrir un cercle auquel elle appartient, qui consiste entre autre à aider les femmes sans ressources, sans foyer, le plus souvent à cause de la brutalité de leur mari. Ce cercle de nature religieuse et féministe, le « nouveau temple de Dieu » est dirigé par Margery Childe.
Des discours assez « féministes » sont proclamés par cette dernière, elle réajuste la place de la femme dans la Bible, parle d’amour et de politique. Ce temple reçoit évidemment beaucoup de succès auprès des femmes en cette année de 1920, où la place de la femme dans la société était très limitée.
Mary, va écouter, participer passivement  au cercle, jusqu’à l’étrange assassinat de l’une des adeptes du Temple, Iris. Cette dernière n’est pas la dernière des adeptes à être morte dans d’étrange circonstance. Ces femmes mortes, ont toutes un point commun, elles ont en partie légué leur fortune par testament au temple... Mary et Sherlock Holmes vont alors mener l’enquête, allant de révélation en révélation..

    L’auteure nous décrit un Londres lugubre, à une époque où beaucoup d’hommes revenus de la guerre se droguent. Les femmes se battent pour obtenir plus de droit et de reconnaissance.  En effet, jusqu’au début du XXe siècle, les femmes étaient considérées comme des êtres faibles intellectuellement, sous la « protection » de leur mari, leur devant obéissance. Cet  essor de revendication féministe est notamment incarné ici par la figure de Margery Childe. Ces cercles féminins étaient caractéristiques de cette époque, avec notamment les Suffragettes. Nous sommes dans une période difficile pour les femmes, où donner son opinion (politique) peut être mal perçu. Force est de constater que les femmes obtinrent le droit de vote en 1918 et seulement pour les femmes de plus de trente ans. L’intrigue est fluide, cependant j’ai trouvé que cela  manquait parfois de rebondissement pour un roman policier. L’auteure s’attarde plus sur la psychologie des personnages.
 Mary, est une jeune femme mature, brillante et débrouillarde. Elle aime s’habiller en homme pour se fondre dans la masse et peut-être pour être mieux écouté d’eux, comme beaucoup de féministes le feront.
De plus, je me suis beaucoup attaché à Sherlock Holmes, personnage mythique de l’époque victorienne.
Leur relation tout au long du livre est ambigüe, entre chamaillerie, amitié et peut être plus… comme dit le proverbe « qui aime bien, châtie bien ».

Le livre est bien écrit, L’écrivaine s’applique à respecter le style attendu pour cette époque. Les chapitres sont courts, ce qui permet de s’arrêter rapidement dans notre lecture.

En conclusion, j’ai bien aimé ce roman, mais je m’attendais à une enquête plus palpitante, cependant j’ai été sous le charme avec  l’ambiance de Londres et des « féministes ».

 Note: 6.5/10 

L'auteure: sur Babelio

                                              Site consacré à l'actualité de Sherlock Holmes



10 commentaires:

  1. Je le trouve plutôt pas mal du tout et même intéressant. J'hésite mais j'en prends note en tout cas :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Prends le en bibliothèque au pire, c'est ce que j'ai fais ^^

      Supprimer
  2. Si tu es un peu féministe ( comme moi ^^), je te conseille un livre que je viens de finir

    J'en ai pris bonne note. ^^ Ça à l'air très sympathique. En plus j'adore Sherlock Holmes

    RépondreSupprimer
  3. J'aime les histoires qui se passe dans un Londres un peu "lugubre"

    RépondreSupprimer
  4. Oups excuse pour la faute dans le comm précédent. (passent au lieu de passe) désolée =)

    RépondreSupprimer
  5. Le cadre me tente bien, je note ce titre!

    RépondreSupprimer
  6. Mais il a l'air génial ! Faut absolument que je le lise !

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite!